top of page

Sigfried Giedion : un Suisse à l'école du Bauhaus





Lampe Bauhaus originale, modèle Bt1 du designer Sigfried Giedion (1888-1968), édité par la manufacture suisse BAG Turgi, Switzerland en 1931. Voir sur notre shop kus, disponibles en plusieurs couleurs

 

Sigfried Giedion

un suisse à l'école du Bauhaus

 

Sigfried Giedion (14 avril 1888 - 9 avril 1968) reconnu comme historien suisse de l'architecture et fils d'un fabricant de tisserie du lac de Zoug, il a d'abord étudié l'ingénierie mécanique à Vienne. Alors qu'il ne voulait pas rejoindre l'entreprise de ses parents, il écrit des poèmes et des pièces de théâtre, dont une a été jouée par Max Reinhardt au Kammerspiele. Il étudie l'histoire de l'art avec Heinrich Wölfflin sous la direction duquel il obtient son doctorat en 1922 sur le classicisme baroque tardif et romantique.


En 1923, il visite le Bauhaus et y rencontre Walter Gropius. Depuis cette rencontre, il traite de plus en plus professionnellement avec le Bauhaus et ses protagonistes, et devient lui-même un pionnier du modernisme. En 1928, avec Le Corbusier et Helène de Mandrot, il co-initie la fondation des Congrès Internationaux d'Architecture Moderne (CIAM), dont il devient le premier Secrétaire Général. La même année, il participe au groupe d'initiative de la Werkbundsiedlung Neubühl, dont il fait partie du conseil d'administration jusqu'en 1939. Il a également été impliqué en tant que constructeur du Doldertalhäuser, dont il voulait faire un manifeste de Neues Bauen en Suisse, et en tant que fondateur de Wohnbedarf AG - comme dans d'innombrables publications dans des revues internationales, dont le prélude avait été son engagement dans la conception par Le Corbusier du bâtiment de la Société des Nations à Genève en 1927.


En 1938/39, Giedion enseigne à l'Université Harvard. Ses conférences Charles Eliot Norton en 1941 ont été reflétées dans son magnum opus, l'histoire standard de l'architecture moderne, de l'espace, du temps et de l'architecture. En 1946, il reçoit sa première mission d'enseignement à l'ETH Zurich. Il y a enseigné dans la période suivante jusque dans les années 1960, en alternance entre la Suisse et le Massachusetts Institute of Technology aux États-Unis. Pendant ce temps, il a régulièrement écrit ses découvertes de la deuxième ère moderne, telles que la mécanisation culturellement pessimiste prend le commandement de 1948, en tant que rédacteur en chef du CIAM ou en tant qu'auteur unique. Le règne de la mécanisation). Giedion était marié à l'historienne de l'art Carola Giedion-Welcker






 





4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page